strategis

L'avenir du métier de community manager

A en croire certains, le métier de community manager est mort ! C’est du moins ce qu’on a pu lire sur les blogs de quelque agitateur du web la semaine dernière. Ce n’est pas du tout l'avis de certaine agence community management. En effet, le community management est le nom pour un rédacteur d’un nouveau genre qui interagit de manière beaucoup plus rapide et directe que dans le passé avec la communauté de la marque, l’institution, l’identité qu’il représente. Sous cet intitulé se cachent de nombreuses réalités, remplies de contrastes et de sous-métiers. Mais l’avenir est aux community managers.

Des rédacteurs d’un genre nouveau

Le rédacteur web a d’abord officié sur des sites internet, sur des forums et des blogs. C’était les débuts d’internet. On distinguait très nettement alors le rédacteur et le téléconseiller. Il y avait ceux qui écrivaient des textes et les agrémentaient d’images. Et d’autre part, des chargés de clientèles, des standardistes, des téléconseillers qui eux étaient réellement en lien avec le client.

Et puis, tout a changé avec l’apparition conjointe d’outils qui plaçaient l’image au cœur de la relation client (vidéo sur le net, développement de la vidéo live, etc.) d’une part, et d’autre part l’émergence des réseaux sociaux. Il a fallu des compétences à la croisée de la rédaction d’articles et de la relation client, accompagnées de solides connaissances des réseaux et de leur évolution.

Apparition d’un métier nouveau aux réalités contrastées

Le community manager est cet homme - ou cette femme - nouveau (-elle) ! En effet, la rapidité des interactions sur les réseaux sociaux demande une autonomie plus grande et une capacité à défendre et à représenter la marque. Le community manager doit être à la fois un stratège, mais également une personne à l’écoute et disponible pour sa communauté.

Le contraste est important entre les différents métiers que recouvrent cet intitulé « community manager » : derrière le mot, se trouvent souvent des social media managers et toutes sortes de métiers du webmarketing.

C’est pourquoi on ne peut pas dire que le community management est mort. Au contraire il ne cesse de se développer vers une multiplicité de spécialités et de nouveaux métiers différents : une preuve de la grande vivacité de son concept !